Les enjeux éthiques du journalisme en milieu minoritaire

Le journalisme a une importante mission sociale et démocratique et ses conditions d’exercice sont déterminantes. Quelle que soit leur approche théorique, les études sur le journalisme s’intéressent aux pratiques journalistiques dans leurs aspects sociologiques et normatifs. Si la littérature abonde en ce qui concerne les grands médias d’information traditionnels que sont les journaux, la télévision et la radio, et si elle est en pleine explosion eu égard aux médias numérisés que l’on retrouve sur Internet, elle est moins riche en ce qui concerne le journalisme francophone en milieu minoritaire canadien.

Outre une publication du CÉFAN (Beauchamp et Watine 2006), à laquelle nous avons contribué (Bernier 2006), et quelques livres (Cardinal 1997, Laflamme et Bernier 1998), chapitres de livre (De Lagarde et Paré 1992, Larose et Nielson 1995, Raîche 1992), articles scientifiques ou thèses et mémoires universitaires (Corriveau 1998, Doucet 1994, Fabris 2000, Johnson 1991, Watine 1993, Watine 1994), on ne sait pas grand chose du journalisme francophone en milieu minoritaire, et encore moins en ce qui concerne les aspects normatifs du métier dans un tel contexte.

Nous proposons de combler partiellement ce vide en entreprenant une étude inédite sur les enjeux et les défis éthiques du journalisme francophone en milieu minoritaire canadien. D’une part, nous voulons mieux connaître comment ces journalistes adhèrent à certaines normes professionnelles bien établies : service de l’intérêt public, respect de la vie privée, vérité, équité et intégrité.

D’autre part, il nous importe également de vérifier si les journalistes en milieu minoritaire (JMM) adhèrent à ce que Pritchard et Sauvageau ont qualifié de credo du journalisme canadien (Pritchard et Sauvageau 1999), tout comme nous l’avons fait plus récemment avec un important échantillon de journalistes syndiqués du Québec (Bernier 2008).